Menu

C’est un peu devenu une tradition de faire un bilan de mon année sur le blog et après l’année qu’on vient de passer il est d’autant plus important de jeter un oeil à ce qu’on a vécu pour essayer d’en tirer du positif mais aussi parce que mon blog c’est les archives de presque 7 ans de vie et qu’il m’est impossible de passer cette année 2020 sous silence.

2020 qu’est ce qu’on peut dire de toi qui n’a pas été dit des millions de fois. Tout le monde était impatient de te dire au revoir. On est tous conscients que les compteurs ne se remettent pas vraiment à 0 à minuit et que nos vies ne vont pas se transformer le 1er janvier comme par magie, mais je pense qu’on a tous besoin d’une petite dose de positivité après cette année plus qu’éprouvante et le début d’année a ce don.

Chacun vit son début d’année comme il lui convient, en se donnant une liste de résolutions, en choisissant un thème pour son année, en faisant un grand ménage et en se débarrassant des choses inutiles (j’ai déjà jeté 2 sacs, comment je fais pour accumuler autant?). Quelque que soit votre manière de transitionner d’une année à l’autre on ne peut pas ignorer l’effet que le changement d’année à sur nous. Ca donne envie de commencer un nouveau cahier de notes et reprendre le sport (ou pas! Peut être que je m’emballe.).

bilan2020-Canada-France

J’ai entendu plusieurs personnes parler d’effacer cette année, comme si elle n’avait pas existé. Je ne suis pas d’accord, je sais qu’il s’est passé des choses terribles mais on a aussi énormément grandi ensemble, on a énormément appris, nous avons commencé des conversations autour du racisme comme jamais avant, nous avons appris comme jamais avant, nous avons eu plus de ressources sous le nez en quelques semaines qu’en toute une vie. Cette année m’a ouvert les yeux sur beaucoup de problèmes que je ne voyais pas, m’a permis de comprendre mes privilèges et que ne pas être raciste n’était pas suffisant, l’importance de la représentation, que je ne devais plus couper court la conversation lorsqu’un avis s’opposait au mien mais que je devais contribuer à l’éducation de la personne en face de moi. 

Plus personnellement 2020 m’a envoyé une des épreuves les plus douloureuses à vivre: le décès de ma grand mère et l’impossibilité de sauter dans le premier avion pour lui dire un dernier au revoir. Jamais dans ma vie d’immigrée je n’avais imaginé un tel scénario. J’ai toujours été consciente que la mort pouvait arriver pendant que j’étais loin évidemment, mais j’étais « seulement » à quelques heures d’avion. Pas enfermée chez moi pendant une pandémie mondiale à regarder l’enterrement d’une des personnes les plus importantes de ma vie à travers mon écran d’ordinateur seule sur mon canapé et à vivre dans le déni pendant des mois. Je vous reparlerai du deuil à distance et particulièrement dans ce contexte inédit.

Cette année a été très douloureuse pour beaucoup de gens, elle a mis nos nerfs et notre patience à rude épreuve. On s’est questionné, on a eu peur, on a douté, on a ri, on a pleuré, on a cherché l’espoir un peu partout. On s’est cassé la gueule. On s’est relevé les uns les autres. On a fait preuve d’imagination pour rester connectés. On s’est sentis plus seul que jamais. Mais on s’est aussi sentis plus soudés que jamais.

Quand je regarde en arrière j’ai l’impression que cette année a duré 10 ans. Mes derniers souvenirs de vie d’avant c’est mon anniversaire fêté à la maison fin février entourée de mes amis. Puis le week-end avant que le confinement soit déclaré, nous étions à Montréal avec Alison. Je me souviens des semaines qui ont précédé ce tournant historique dans nos vies. Les conversations au sujet du covid, on en rigolait à moitié, ne prenant pas vraiment la mesure de ce que ce nouveau virus allait changer dans nos vies. Comment aurions nous pu imaginer un tel scénario ? Je me souviens des premières informations « Les écoles seront fermés 2 semaines de plus après le spring break pour ralentir la contamination ». 2 semaines vous disiez? 6 mois plus tard les élèves retournaient enfin à l’école. Je me souviens que chaque information qui arrivait nous nous disions « ce n’est pas possible » et puis finalement c’est devenu notre quotidien.

J’ai eu l’immense chance de pouvoir passer un mois en France en octobre malgré les circonstances et de pouvoir vivre dans ma bulle familiale. Limiter mes déplacements. Me concentrer sur l’essentiel. Les premières années je courais de partout pour voir tout le monde quand je rentrais, je préparais même des tableaux Excel de visite. Autant vous dire que vous ne profitez pas vraiment de l’instant quand le temps est compté et que j’ai apprécié cette année ne pas compter mon temps auprès des miens.

Une chose très importante que je retiens et que j’aimerai partager avec vous. Cette année encore plus que les années précédentes j’ai sélectionné avec encore plus d’attention ce que je consomme mentalement. J’ai coupé court aux conversations trop négatives qui ne mènent nul part, j’ai arrêté de suivre les gens sur les réseaux sociaux qui ne me font pas du bien. On parle très souvent de ce qu’on consomme dans nos assiettes mais ce qu’on consomme dans nos téléphones est aussi très important. Alors n’hésitez pas faites le tri, supprimer ou mettez en sourdine les gens qui ne vous font pas du bien. Les réseaux sociaux sont très présents et cette année difficile de trop s’en éloigner puisque c’était souvent notre seul lien avec l’extérieur, alors soignez votre consommation numérique. J’avais d’ailleurs déjà parlé de réseaux sociaux ici et ici si ça vous intéresse. Et je vous en reparlerai j’en suis certaine.

Une autre chose qui va un peu de pair: la vérification des informations. Les réseaux sociaux ont le pouvoir de faire circuler une information à travers le monde à une vitesse incroyable. Le problème , encore plus cette année, c’est que tout et n’importe quoi à le pouvoir de circuler. Si vous deviez faire attention à ce que vous consommez numériquement je vous conseillerai aussi de vérifier les informations. De ne pas relayer des informations non vérifiées. J’ai senti la peur autour de moi pour des informations qui s’avèrent être fausse. Les mauvaises informations peuvent faire tellement de dégâts. J’y fais très attention quand je partage sur mes réseaux, je vérifie toujours une information qu’on m’envoie, je recoupe les sources. Parce que vous me faites confiance et je ne voudrais pas vous apporter une information erronée .

Pour cette année 2021 je nous souhaite à tous de prendre soin de nous même et les uns des autres. Je nous souhaite de faire attention à notre santé, physique et mentale. De réussir à nous remettre sur pieds. Difficile pour nous encore en plein confinement en janvier 2021 de faire trop de plans mais j’ai des idées, je pense à l’avenir, je le dessine dans ma tête pour m’aider à continuer à avancer. Je me fais des to do lists avec même des petites tâches à accomplir pour avoir le sentiment de faire quelque chose dans les moments où j’ai l’impression de me sentir coincée et qu’il n’y a pas d’issues à cette situation. J’essaye d’être indulgente avec moi même, je m’autorise des moments off de ras le bol pour mieux rebondir. Et je rêve d’avenir. Des voyages qu’on va pouvoir faire mais surtout aux petits plaisirs du quotidien qu’on a toujours pris pour acquis et à qui 2020 a redonné un vrai goût de bonheur. Je pense aussi à mon amoureux sans qui cette année 2020 n’aurait pas été la même. Je pense à tout ceux qui n’ont pas pu rentrer voir leurs familles en France pour des raisons professionnelles (pas évident d’avoir des vacances + 14 jours de quarantaine), financières ou autres. Je pense à tout ceux qui ont subi de plein fouet cette année 2020 et qui mettront du temps à s’en remettre. Je pense à tout ceux qui ont aidé les autres, qui ont fait une différence.

Prenez soin de vous & bonne année 2021.

 

No Comments

    Leave a Reply