Les relations amoureuses Canada vs France

A chaque fois que j’évoque ce sujet sur Instagram vous êtes très nombreux et nombreuses à me répondre ! Soit parce que le concept des relations amoureuses version Amérique du Nord vous échappe et vous laisse un brin perplexe soit parce que vous ne vous êtes pas encore aventurés sur ce chemin et que vous êtes curieux de connaître les différences entre l’Europe et l’Amérique du Nord. Je vais essayer de vous expliquer tout ça, asseyez-vous, prenez un peu de chocolat et un thé bien chaud !

De la même manière que les relations amicales sont très différentes en Amérique du Nord, les relations amoureuses ont aussi tout un tas de codes qu’on ne maîtrise pas du tout et qui découragent beaucoup d’immigrés qui préfèrent rentrer dans leur pays natal pour trouver l’amour. Combien de fois j’ai entendu des personnes (surtout des femmes) me dire qu’il était difficile de trouver l’amour au Canada (particulièrement à Toronto qui est une des plus grosses villes d’Amérique du Nord) et qu’elles envisageaient de rentrer dans leur pays d’origine.

dating-france-amerique-du-nord

L’amour à la française

Tout d’abord pour nos amis étrangers qui passeraient par ici voici un petit résumé de comment ça se passe en France: c’est assez simple, tu aimes bien quelqu’un, tu l’embrasses, tu es en couple. Voilà. Je schématise parce qu’en vrai ça peut prendre plusieurs semaines mais c’est souvent comme ça que j’explique notre vision du couple à la française aux canadiens. Les choses se concrétisent plus rapidement. L’échange d’un baiser est pour nous le début d’une relation, pas besoin d’en discuter, de faire des schémas et calcul savant: on s’aime bien, on s’embrasse, on est ensemble et c’est tout. Ca marche tant mieux, ça ne marche pas tant pis ça arrive sans rancoeur (plus ou moins ça va je vous vois venir ahah) on continue sa vie. L’autre option c’est le bien connu, et plus ou moins apprécié, plan cul. Une relation basée uniquement sur les relations sexuelles où ni l’un ni l’autre des protagonistes n’attend plus. Bon dans la réalité il y a très souvent l’un des deux qui s’emballe et qui veut plus mais sur le papier ça fonctionne comme ça et les règles sont établies en amont.

Le dating à l’américaine

Les relations amoureuses à l’américaine sont beaucoup plus codifiées. Il faut passer par le processus de date. Une date c’est ce qu’on traduirait pas rendez vous galant ou rencard chez nous. En réalité c’est comme un petit entretien d’embauche mais pour l’amour. Il y a des étapes à suivre et surtout la grosse différence c’est que « dater » quelqu’un ne vous rend pas exclusif par défaut. Pour beaucoup de français c’est un concept nouveau puisque pour nous cette conversation n’a pas lieu d’être sauf si justement on ne souhaite pas être exclusifs (aka plan cul).

Les dates s’enchaînent donc, tout en gardant en tête que votre coup de coeur peut possiblement, éventuellement, continuer à voir d’autres personnes et continuer à initier de nouvelles relations à côté pépouze pendant que votre petit coeur d’artichaut fond d’amour pour lui. C’est un peu la loose et bon nombre de français non préparés se font avoir et se retrouvent à dater quelqu’un pendant plusieurs mois, pensant être sur la même longueur d’onde, construire quelque chose ensemble et se retrouvent sur la touche du jour au lendemain, le bec dans l’eau, en n’ayant plus que leurs yeux pour pleurer.

Parce que oui on date plusieurs mois, sans être exclusifs, en continuant à faire son marché à droite à gauche jusqu’à l’instant fatidique: THE TALK. En français: la conversation. La conversation qui officialise le couple. Vous vous souvenez dans les séries télés quand Brandon demande à Brenda si elle veut bien être sa petite amie ? Ou quand l’un des deux demande: What are we ?? (ça avait l’air plus dramatique en anglais .. en français: on est quoi ?). Et bien c’est vraiment ça dans la vraie vie. Si vous avez passé les étapes des plusieurs dates et que vous avez été choisi(e) comme le/la grand(e) gagnante de la course à l’amour vous devriez avoir la conversation pour mettre une étiquette sur votre relation. En pratique ça peut prendre plusieurs mois, on entend souvent entre 3 et 6 mois de date avant d’être officiel.

Quelques autres petites choses qu’il me semble important de souligner pour essayer d’être au plus proche de la réalité:

Tout d’abord l’explosion des applications de dating qui certes permettent aux plus timides de prendre confiance en eux et de se lancer face à leur téléphone avant la rencontre physique mais qui renforcent cette idée de consommation des relations amoureuses. On choisit qui nous plait sur catalogue, à travers quelques photos, quelques traits de caractères, un job, tout en parlant à 45 autres personnes en même temps. Rien de bien personnalisé, pas vraiment de chance de connaître plus une personne qu’une autre. Je sais que ça marche pour certains et tant mieux mais je trouve que la plupart du temps cet accès à toujours plus appauvrit la qualité des relations.

Vous vous souvenez de l’émission « Le bachelor » qui a seulement survécu quelques saisons en France ? Je crois me souvenir qu’en France le côté « fréquenter plusieurs personnes en même temps », « avoir une dizaine de femmes courtiser la même personne », etc n’avait pas vraiment plu au public français. Aux Etats Unis la 24ème saison a commencé en janvier dernier. J’ai mis longtemps à comprendre que le show était complètement construit sur le modèle du dating à l’américaine et que culturellement c’était tout à fait acceptable pour eux que le bachelor enchaîne les rencards, pécho toutes les filles mais ne s’engage avec personne. Je me rappelle que j’étais choquée qu’il embrasse plusieurs filles et qu’il les ignore sans pression après. Bref tout ça ça vous donne une idée de comment ça se passe de ce côté de l’océan.

relations-amoureuses-canada-vs-france

Les relations hommes/femmes au Canada

Si en France en tant que femmes on souffre du harcèlement de rue ici c’est l’inverse, les hommes ne regardent pas, fuient les regards qu’on leur lance et ne tentent que très rarement quelque chose. Je sais, pour l’avoir vécu mais aussi pour vous l’avoir entendu dire des dizaines de fois, c’est très déstabilisant. Pas qu’on se plaigne de ne plus être harcelées par des mecs irrespectueux qui utilisent des techniques de drague qui n’ont jamais eu aucun succès dans l’histoire de l’humanité mais il faut s’habituer à cette nouvelle vie sans séduction surprise.

Plusieurs choses expliquent le comportement de ces messieurs. Ici le harcèlement est pris très au sérieux et un faux pas peut très vite coûter cher (j’ai entendu plusieurs histoires de gars licenciés pour une remarque jugée sexiste au travail). Les hommes sont de ce fait beaucoup plus prudents et clairement sur la défensive et ne laissent que peu de place à la spontanéité à laquelle nous sommes habitués en tant que latins. Deuxième chose c’est que mesdames ici ne sont pas toujours très cool et un brin agressive quand un homme ose s’aventurer à leur offrir un verre en soirée par exemple. J’essaye vraiment de dire ça en restant objective et ne pas juger mais ça fait plus de 2 ans que je veux écrire cet article donc j’en ai entendu des histoires et je me suis fait dire plusieurs fois que la façon de décliner un verre ou un compliment n’était pas vraiment encourageante et n’aide pas au développement de la confiance en soi. Bref chat échaudé craint l’eau chaude les petits gars.

Les différences notables entre le couple en France et le couple au Canada:

  • Le rapport à l’argent: sans vouloir faire de généralité mais l’argent joue un rôle important dans les relations en Amérique du Nord et il n’y a aucun problème à demander son salaire à son date, alors qu’en France le sujet de l’argent est encore bien tabou. De même certaines personnes assumeront ouvertement chercher quelqu’un pour subvenir à leurs besoins financiers. Quand je disais plus haut que c’était plutôt un entretien d’embauche .. vous voyez ce que je veux dire maintenant ? Tous les aspects de votre vie sont inspectés et votre statut professionnel et financier n’y échappent pas.
  • Le rapport au mariage: le Canada reste plus traditionnel que la France et le mariage demeure une étape importante. Les fiançailles d’abord et le mariage ensuite sont perçus comme un signe de réussite.
  • L’indépendance : en France on se lance à fond dans le couple, on passe chaque occasion ensemble, ici on est plus dans la retenue, se voir 2 fois par semaine c’est suffisant, on conserve chacun sa vie et on ne mélange pas tout tout de suite. Il faut apprendre à ne pas s’en offenser, comprendre que c’est un autre aspect de la culture et de pas se mettre des idées en tête comme « il ne veut pas me voir, elle ne veut pas me voir ». C’est une autre façon d’envisager le couple qui vient aussi d’une culture française plus dans l’instant, qui profite de chaque moment alors que de l’autre côté le canadien aime plus planifier, prévoir et prendre son temps.

Et c’est comment d’être avec un.e français.e ?

J’ai fait passer des petites interro surprises à mes proches (merci de toujours répondre à mes questions haha) pour avoir leur avis et savoir quelles étaient selon eux les choses les plus notables quand on est en couple avec une français.e. Certaines réponses ne sont pas forcément liées à notre nationalité mais plutôt au fait que nous ne soyons pas canadien.ne.s et en plus de ça immigrées.

  • Ils nous trouvent très direct. A noter pour les moins familiers avec la culture canadienne que le débat et le conflit que nous considérons comme sport national n’est pas vraiment courant ici. Alors nos conversations endiablées et passionnées peuvent souvent surprendre et déstabiliser un peu les locaux qui pensent souvent qu’on est juste bien vénères alors que pas du tout on cherche juste à trouve l’heure du prochain bus (truuuuue story de ma première année ici).
  • Ils pensent que nous avons un lien étroit avec la fashion police. N’essayons pas de nous mentir. En tant que français nous sommes très critique sur l’aspect vestimentaire et comme on est assez directs… on partage notre opinion ! Je pense que c’est le bon moment pour utiliser l’expression: être rhabillé pour l’hiver ! Ou lui tailler un costume. Waouh c’est intéressant de voir que plusieurs de nos expressions pour critiquer utilisent des métaphores liées aux fringues. Est ce que je réfléchis à voix haute avec vous ? Oui tout à fait.
  • Ils reconnaissent qu’ils ont dû adapter leur communication, au moins au départ, et adopter une façon de parler plus formelle avec nous tout simplement parce qu’on ne maitrise pas tous les codes de l’argot canadien et que certaines conversations peuvent devenir un brin compliquées !
  • Le processus de découverte de l’autre est plus long. Commencer une relation avec quelqu’un qui a les mêmes bases peut aller plus vite car on part avec les mêmes codes sociaux. Dans un couple mixtes on navigue à tâtons entre les 2 cultures de la relation qui sont complètement différentes comme je l’expliquais ci dessus.
  • Les références culturelles, suivant depuis combien de temps on vit dans le pays on maîtrise plus ou moins la culture, malgré tout on ne pourra jamais rattraper 25 ans de vie ici et donc il nous manquera toujours les références culturelles comme nous pouvons avoir chez eux avec Les Minikeums, notre Johnny national ou Evelyne Dhéliat pour ceux qui suivent mes stories sur Instagram !
  • Des aspects plutôt liés à notre statut d’immigrés, la très forte relation qu’on peut avoir avec nos amis (surtout français) ici, ils reconnaissent que nous sommes très solidaires entre nous et comprennent aussi que nos amis ici sont nos repères comme notre famille d’ici. Un nouveau point de vue, une grande ouverture d’esprit et plus d’ambition: tout ça est très lié au fait qu’on ait tout quitté pour venir ici, comme on dit chez nous: on est pas venus pour enfiler des perles (il me semble que cette expression n’est pas la même partout, merci de l’adapter à votre région ahah).

Pour finir sur une petite note d’humour l’un des interrogés a répondu « And you don’t want to make a French girl mad » (tu ne veux pas énerver une française) ce à quoi un autre interrogé (je me dois de protéger mes sources ahah) a répondu: « because you don’t understand what they are saying and you dont know how to get out of that » (parce que tu ne comprends rien à ce qu’elles disent et tu ne sais pas comment t’en sortir). On se marre bien vous voyez !

Et c’est comment d’être en couple avec un.e canadien.ne ?

Le Canada est tellement multiculturel que beaucoup de canadiens ne sont pas 100% canadien et auront déjà une autre culture à la maison et l’habitude de jongler entre plusieurs cultures. Dans mon grand panel de discussion composé de mes amis, quelques lecteurs/lectrices et moi même on est tous d’accord pour dire que ça demande quelqu’un d’assez ouvert et curieux pour avancer ensemble. Vivre une vie d’immigré est difficile niveau social, j’en ai déjà parlé plusieurs fois mais la vie sociale est une étape compliquée au Canada et les relations amoureuses n’y font pas exception. Il faut aussi garder en tête que pour nous qui sommes là depuis quelques années nous avons eu le temps de nous familiariser avec la culture locale alors que quelqu’un qui rentre dans votre vie partira peut être de zéro avec la culture française. Et je crois que de manière unanime on peut reconnaître que notre culture peut être un peu intense au premier abord (une fois qu’ils ont goûté notre pain et notre fromage ils oublient tout promis ahah).

Un conseil un peu en vrac comme ça parce que je ne sais pas vraiment où l’ajouter mais qu’il me semble hyper important. Un date dans un lieu bruyant comme un bar bondé ne sera pas évident pour nous, même si notre anglais est très bon la pollution sonore peut vraiment changer l’ambiance et nous mettre dans une position inconfortable, nous déconnecter de la conversation. N’hésitez pas à choisir un lieu plus calme comme un café, une balade au bord du lac ou une expo photo.

Les conseils pour les couples mixtes

  • Communiquer ! C’est vraiment le conseil numéro 1. Je sais que c’est un conseil valable pour tous les couples mais encore plus dans un couple où les codes sociaux sont différents et où les choses pourraient rapidement être mal interprétées parce que notre normal n’est pas celui de notre partenaire.
  • Patience, les choses peuvent prendre plus de temps parce que chacun doit s’ajuster aux nouveaux éléments que la culture de l’autre apporte à la relation. Alors ça n’ira peut être pas aussi vite que vous le voulez ou que vos anciennes relations, ou que vos potes, mais ne comparez pas.
  • Mélanger vos cultures et trouver un terrain d’entente: n’hésitez pas à dire à la personne avec qui vous commencez une relation que cette histoire de dating ça vous dépasse un peu et que sans mettre d’étiquette trop rapidement sur la relation vous aimeriez être exclusifs. Un moyen de vous retrouver à mi chemin entre les 2 cultures.
  • S’intéresser à la culture de l’autre: poser des questions, essayer d’apprendre la langue de l’autre, goûter les spécialités.

 

En résumé en Amérique du Nord on places ses billes un peu partout pour espérer que ça prenne quelque part, avoir le statut de petit.e ami.e peut prendre des mois, en France on s’investit plut tôt pour donner toutes ces chances à la relation, on appelle rapidement petit.e ami.e (enfin si quelqu’un utilise encore ce terme ahah). Personnellement j’ai toujours pensé qu’il était plus simple d’être avec un français niveau culturel et pourtant j’ai changé d’avis (les gars ne découragez pas ça m’a pris juste 5 ANS ). C’est tellement enrichissant d’être avec quelqu’un avec une autre culture (dans mon cas il en a 2 donc encore mieux), on en apprend énormément sur le pays dans lequel on vit mais aussi énormément sur son propre pays qu’on se retrouve à devoir expliquer. Expliquer des choses qu’on a toujours vu et qu’on a jamais remis en question.

Je vous souhaite à tous de trouver quelqu’un de curieux, ouvert d’esprit et surtout que cette personne soit française, canadienne ou autre qu’elle vous fasse rire à en pleurer parce que ça reste le langage universel !

Plein d’amour sur vous,

On se retrouve sur Instagram pour les stories quotidiennes, plein de bonne humeur et de bonnes tranches de rire (est ce que quelqu’un vraiment drôle utiliserait cette expression ??)

You may also like

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *