Fashion Humeurs

Dernière page du livre

novembre 27, 2017

Ces derniers jours j’avais un échange intéressant sur l’école et l’adolescence en 2017. Avec notre regard d’adultes nous analysions ces jeunes qui ne réalisent pas la chance de recevoir une éducation, vous savez l’air supérieur que vous prenez en « jugeant » les plus jeunes que vous étiez encore il y a quelques années. L’air supérieur que vous ne pensiez jamais avoir, l’air supérieur qui confirme qu’avec les années on a compris la chance que la jeunesse a de trouver sur son chemin des enseignants passionnés. Pas tous j’en suis bien consciente et j’en ai surtout fait l’expérience mais je suis aujourd’hui je vis une expérience différente, je suis amie avec des professeurs que j’aurais aimé rencontré pendant mon adolescence. Des personnes inspirantes et inspirées. Des personnes qui se soucient de la trace qu’elles laisseront dans ces vies en construction et de la façon dont elles vont pouvoir aider ces futurs adultes à devenir la personne qu’ils veulent être.

street-art-toronto

Je ne me souviens pas avoir été particulièrement inspirée par un professeur, je me souviens des mauvais avec beaucoup de précisions, ceux qui m’ont dit que je n’arriverais à rien, celui qui passait les heures de cours avec des boules Quiès dans les oreilles, ceux qui manquaient clairement d’autorité. Si je devais me souvenir d’une prof se serait peut être ma prof d’espagnol au collège (j’étais en section européenne c’est la seule prof que j’ai eu pendant mes 4 années de collège) qui nous transmettait sa passion du pays et de la culture. C’est peut être une de mes seules profs que j’ai senti passionné par ce qu’elle enseignait. Ca fait pas lourd en 15 ans d’école. Soyons honnêtes ici, je me souviens aussi de moi. De moi qui voyait la fin de l’année comme le seul objectif. Aucune idée de long terme. Aucun projet professionnel. Je n’étais pas une élève passionnée. Je venais à l’école parce qu’il fallait y aller mais je n’y trouvais pas quelque chose qui me donnait envie d’y rester.

brooklyn-bar-toronto

Nous en sommes venues à se dire » et si on ommencait par la fin de sa vie ». Qui n’a jamais prononcé ces quelques mots ? Que changeriez vous si vous pouviez connaitre la fin avant de voir le début ? Si vous connaissiez tous les pièges, étapes et épreuves que la vie vous réserve ? Vous prépareriez vous différemment ? Changeriez vous vos plans ou garderiez vous chaque moment intact pour en tirer les mêmes lecons ?

C’est une vraie question que je vous pose parce que je n’ai pas de réponse parfaite ou tout prête. Je ne suis pas sûre de vouloir supprimer toutes les étapes de ma vie, même les plus douloureuses, pour les éviter. Chaque fois que je suis tombée, que j’ai pleuré ou eu le coeur brisé par les événements je me suis relevée plus forte, plus ambitieuse, plus déterminée. J’ai appris qui j’étais et où je voulais être. Dans mon esprit chaque chose qui arrive aujourd’hui arrive parce que tous les éléments étaient bien alignés mais le changement d’une seule pièce peut remettre en question tous les événements qui suivent. Vous me suivez ?

 manteau-zara

Jouons le jeu des si. Si j’avais connu toutes les étapes sur les 29 dernières années j’aurais cru en mes rêves plus tôt, j’aurais peut être apprécié et surtout saisi chaque opportunité qui se présentait à moi. J’aurais cessé de me trouver des excuses pour avancer plus tôt, je me serai encouragée moi au lieu d’encourager les autres. J’aurais profité des personnes qui sont parties trop tôt, j’aurais commencé à voyager plus tôt.

queen-west-toronto

Il commence à devenir un peu difficile de faire des photos avec le froid, mais dimanche nous nous sommes balader avec Caro, nous en avons profité pour vous montrer mon nouveau coup de coeur: ce manteau Zara (dispo ici pour le Canada et ici pour la France). C’est un M pour vous donner une idée, la coupe est un peu oversized j’aime beaucoup !

Belle fin de semaine mes petits loups à frange.

 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Sandra novembre 29, 2017 at 3:51
    Personnellement « tout savoir » me ferait peur. Car même si nous pourrions anticiper, il y aurait toujours cette petite voix « es tu sure de toi? Est ce la meilleure décision ? ». Car dans ces cas là, l’erreur serait, pour moi, moins acceptable. Effectivement il y aurait des petites choses qui auraient changé mais finalement pas tant que ça.
    & puis la vie serait tellement moins palpitante, imprévisible. Quand chaque jour, tu vois ton projet approcher, prendre vie sans réellement savoir ce que ça va donner .. c’est vraiment enrichissant. Ça me permet notamment d’y croire encore plus fort et d’y mettre encore plus de cœur que si je savais d’avance que ça serait « Easy ».
    Fin bref, tout ça pour dire que ton article m’inspire

    Avec mon amour Moulin

  • Reply Joëlle | @elledit8 novembre 29, 2017 at 4:09
    J’m ces petits bouts de toi que tu distilles ici et là… Si j’avais pu savoir tout ce qui m’est arrivé ces dernières années j’aurais très très peur de bouger 1 ou 2 pions de peur que ma vie actuelle soit transformée. Je suis là où j’ai envie d’être, je travaille sur 2/3 rêves à réaliser après en avoir réalisé beaucoup déjà Au fond de moi une petite voix me dit que j’aurais dû consacrer plus de temps à certaines personnes, (beaucoup) moins à d’autres, que j’aurais dû choisir tel chemin, prendre telle décision, mais au bout du compte, aurais-je été la même? Je fais partie de ceux qui pensent qu’on apprend plus de ses erreurs que de ses réussites. Il faut trouver un juste équilibre pour avancer… Je pense que je m’en approche 😉
  • Leave a Reply