Comment Carrie Bradshaw a ruiné notre vie amoureuse ?

Carrie Bradshaw, star incontestée des années 90, mondialement connue pour son sens du style et ses chroniques sur la vie new-yorkaise a eu un rôle essentiel dans notre apprentissage de la vie d’adulte pré internet. On a été nombreuses et nombreux à découvrir le monde adulte à travers les 6 saisons de Sex and The City et à continuer de regarder un épisode par ci par là de temps en temps. Elle a été pour beaucoup un modèle, la fille qu’on voulait devenir quand on serait grande. J’ai d’ailleurs voulu mon premier ordinateur portable pour faire comme elle et pouvoir écrire des histoires allongée sur mon lit. Spoiler alert: cette position n’est confortable que dans les séries, en réalité ça fait un mal de chien. Avec ses copines elle nous a parlé sexualité, vie professionnelle, homosexualité, problèmes de fertilité, adoption et bien d’autres sujets qui à l’époque n’avaient pas facilement leur place à la télé.

comment-carrie-bradshaw-a-ruine-notre-vie-amoureuse

On l’a remercie de nous avoir aidé à grandir plus vite et de nous avoir expliqué des choses de la vie qu’il était plus facile d’apprendre seule le vendredi soir devant M6 qu’au repas du soir en famille. Malgré tout ce qu’on lui doit il faut bien avouer qu’elle nous aussi un peu faussé l’image de la vie d’adulte. Elle nous a fait croire pendant des années qu’une relation amoureuse dysfonctionnelle était acceptable ! Que notre prince charmant pouvait, sans conséquence, ne pas retourner nos appels, ignorer notre présence en soirée en se ramenant avec une autre fille, changer d’avis comme de chemises. Qu’il était tout à fait acceptable d’être dans une relation qui nous ne convenait pas à 100% et qu’une relation saine et équilibrée avec un gentil garçon était ringarde voire ennuyante. qu’il valait mieux une relation dysfonctionnelle que pas de relation du tout (je vous parlais du célibat ici il y a quelques années), que s’aimait c’était se faire du mal.

Elle a passé des heures à sur analysé et sur interprété des comportements inexcusables du sexe opposé en leur trouvant toutes les excuses possibles pour faire dire à l’histoire ce qu’elle avait envie d’entendre. Elle a réussi à nous faire oublier que bien souvent un non veut seulement dire non. Qu’un mec qui ne rappelle pas ne prend pas vraiment son temps, mais ne veut tout simplement plus rien à voir à faire avec nous. Qu’un mec qui nous traite mal est excusable parce qu’il est fatigué/stressé par le travail/en proie à de sérieux problèmes relationnels/pas prêt à être aimé (rayez la mention inutile). Elle nous a fait croire que c’était de notre devoir de réparer les hommes cassés.

Elle nous a fait croire que notre vie amoureuse ne valait pas la peine d’être vécue sans drames, sans portes qui claquent, sans mots qui dépassent la pensée, sans mots qu’on regrette d’avoir dit trop vite, sans cris, sans crises de larmes, sans regrets, sans peur de l’engagement ou sans problèmes relationnels. Elle nous a fait croire qu’après avoir été blessée à maintes reprises on peut tout oublier et s’aimer encore.

vie-amoureuse-apres-30ans

Et c’est ce qu’on a recherché tout au long de notre vingtaine. On a cherché la personne qui allait nous faire pleurer, nous remettre en question sans répondre à nos questions. La personne qui n’allait pas nous tenir la main pour nous rassurer. La personne qui brillait de mille feux en public mais s’éteignait en privé. La personne égoïste qui nous gardait sous le coude au cas où mais ne voulait jamais s’engager avec nous. On y voyait une relation passionnelle et animée quand il s’agissait d’une relation sans avenir et sans respect.

La télé devant laquelle nous avons grandi a valorisé les histoires destructrices plutôt que les amours sains et nous a transporté dans une vérité qui n’est pas notre réalité. On a été bercé aux drames et aux histoires qui font mal et finissent mal alors que ce qu’on devrait vraiment chercher c’est quelqu’un qui nous sert dans ses bras et nous dit que tout ira bien. Quelqu’un qui soit gentil et qui nous fasse rire. Parce que c’est bien là l’essentiel.

Plein d’amour pour vous,

You may also like

3 commentaires

  • Comme je suis heureuse d’avoir zappé Sex & The City en te lisant … J’ai bien vu quelques épisodes par-ci par-là, juste assez pour nourrir mon amour pour New York et les chaussures de luxe … Juste assez pour garder le positif et écarter le reste. Le couple soudé et respectueux formé par mes parents et leur ambition pour leurs filles m’a très tôt convaincue que je méritais le meilleur. Nous devrions toutes en être convaincues … I wish you the best !
  • Ton article tombe à point nommé !
    Période de confinement oblige, nous regardons nos grands classiques. Jusque là, je mettais arrêtée au grand film, Sex&The City, qui d’ailleurs m’a fait beaucoup rire. Une amie m’a conseillé de regarder la série qui en valait « le détour ».
    Effectivement, on se laisse vite prendre par par la simplicité des dialogues, on se met rapidement à la place de Carrie, Amanda voir même parfois Charlotte et le cadre New-yorkais nous plonge rapidement dans l’ambiance!
    J’ai constaté comme toi que cette série était super avant-gardiste pour l’époque mais quand on creusait, on se demandait mais « Whaaaat? ». Doit-on vraiment accepter cela « par amour »? Doit-on se contenter de si peu ? Dans tous les sens du terme!
    Je partage complètement ton idée! Que l’amour, le Vrai, nous transporte et nous rendent meilleure!
    Belle journée!
    • Ca fait plaisir de voir que d’autres personnes se font la même réflexion. Quand on y pense ça nous donne un standard qui est loin de la réalité ou en tout cas de ce que devrait être la réalité de l’amour 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *