Bye bye 2018, 2019 je suis là

Alors je sais ce que vous vous dites, elle est bien mignonne la petite dame avec son bilan 2018 le … 27 janvier ! Et bien mieux vaut tard que jamais parait il ! Je l’avais rapidement évoqué sur Instagram mon bilan de fin d’année est une tradition et en plus de 4 ans de blog je n’y ai jamais manqué, j’aime poser sur papier ce que l’année a été, m’a appris, m’a enlevé parfois et pouvoir le relire l’année suivante. J’aime vous partager mes victoires et mes challenges. Mes questions diverses et variées. En cette fin d’année 2018 je n’y voyais pas clair, j’étais incapable de poser des mots sur mon ressenti. Quelques semaines plus tard je crois être prête à papoter avec vous !

lecons-2018

Tout d’abord petit retour sur un année 2018 de dingue ! J’ai eu 30 ans ! Même si 80% du temps quand je donne mon âge on me pense plus jeune j’ai passé la fameuse barre des 30. Je suis une jeune trentenaire ! Je suis rentrée en France auprès des miens pour passer cette barre symbolique. C’était tellement important pour moi d’être en famille, je suis la plus âgée des petits enfants, j’ai la chance d’avoir grandi sous les yeux bienveillants de mes 2 merveilleux grands parents et je ne me voyais pas passer ce cap loin d’eux et du reste de ma famille. 6 semaines après ce voyage je rejoignais mon frère et nos amis à Miami pour le Zumba Cruise avec deux stops: Mexique et Iles Cayman ! Nous avons enchaîné par Coachella (cadeau d’anniversaire de mes dingues d’amis!), Los Angeles, Toronto et Montréal avec Alison, my partner in crime! Je suis retournée à Montréal dans l’année, à Valence, à Paris et à Lyon. J’ai fait un autre petit tour aux Etats Unis avec un road trip entre copines: Buffalo, Cleveland et Détroit au printemps. J’ai continué à découvrir l’Ontario et Toronto. Bref je ne me suis pas ennuyée une seconde. Personnellement j’ai aussi emménagé seule en mai ! C’est une sacrée étape dans la vie d’un expatrié, surtout dans des villes chères comme Toronto. Je me sens tellement bien dans mon cocon, je l’ai aménagé a mon goût, j’aime y recevoir mes amis. Je ne vais pas mentir j’apprécie de pouvoir fermer la porte et laisser le monde réel dehors. Professionnellement j’ai passé une année intense ! Bosser dans le milieu du sport est génial mais n’est pas de tout repos, rares sont les moments où le divertissement stoppe. J’ai aussi vécu une aventure de 2 mois avec un groupe de 30 étudiants français venus à Toronto pour un projet scolaire. Je me suis découvert une envie de partager d’une manière différente. J’ai adoré échanger avec eux au sujet de l’avenir, des études, de l’expérience, de l’expatriation. C’est tellement enrichissant et valorisant  de pouvoir aider des plus jeunes dans leur construction.

J’ai aussi assisté à plusieurs matchs de NBA, été temoin de la folie du sport au Canada, j’ai ressenti une fierté immense avec ma communauté française pendant la Coupe du Monde, j’ai vu Justin Timberlake, Beyoncé, Taylor Swift, Childish Gambino, Khalid, Dua Lupa, Le Cirque du Soleil, Camila Cabello, Travis Scott et d’autres sur scène ! Plus de concerts en 12 mois que ces 30 dernières années !

bilan-expatriation-canada

En 2018 j’ai négligé le blog n’ayons pas peur des mots. J’ai été très présente sur Instagram mais j’ai eu du mal à trouver un équilibre entre mon nouveau job, ma vie sociale et ma passion pour le blog. J’avais aussi l’impression que la lecture du blog ne vous intéressez plus autant. On entend souvent que les blogs ne sont plus aussi attractifs aux yeux des lecteurs, que les réseaux sociaux ont pris le dessus. Avoir un blog c’est sans cesse se remettre en question. Mais finalement depuis plusieurs mois les visites sont en constante hausse, vous voir toujours dans le coin m’a aussi redonné envie de revenir moi aussi pour créer du contenu de qualité.

vivre-a-l-etranger-bilan

Avant cette fin d’année je n’ai jamais ressenti de stress, même avant mes examens (au grand désespoir de ma mère qui stressait pour moi), je n’ai jamais laissé mes émotions prendre le dessus. Ce n’est pas simple d’en parler parce que je travaille encore dessus mais en ce début d’année j’ai eu la sensation de sortir la tête de l’eau après des mois sous l’eau les yeux fermés. De reprendre une bouffée d’air frais. De retrouver mon souffle. J’ai ressenti de l’anxiété. Je n’étais pas tranquille.. J’ai d’ailleurs repris le yoga pour cette raison. J’ai identifié la source de ce stress et travaille actuellement dessus. Je me sens beaucoup mieux mais je sais que ce n’est pas fini.

Une semaine après le retour des vacances de Noël j’étouffais, je réalise que je n’étais plus attentive aux autres. Je n’avais jamais le temps pour les personnes qui comptent. Je n’arrivais plus à suivre les conversations, les problèmes, les histoires des autres. Je ne me reconnais plus. Je mets de plus en plus de temps à répondre à mes mails, je rumine des choses négatives. Pour moi qui prône le bien être à tout prix, qui crie haut et fort à qui veut l’entendre que le bonheur ne dépend que de soi, qu’on ne devrait jamais se mettre dans une situation qui ne nous rend pas heureux c’est un peu un sentiment amer. Qu’est ce qui s’est passé pour que j’en arrive à ce point d’épuisement physique et moral? Comment j’ai pu me laisser glisser doucement mais sûrement dans cette bulle de non bonheur ? J’en discute et j’essaye de mettre des mots sur mes maux. De par mon passé mon niveau de tolérance à la douleur est plutôt élévé. Je peux encaisser et laisser couler pendant longtemps alors je ne prends pas toujours conscience de la gravité des choses. L’année 2018 se termine, je dois écrire ce bilan et je réalise que je suis très mitigée sur cette année. J’ai beaucoup foncé. Beaucoup exécuté mais je n’ai rien construit moi même. J’ai réagit à l’urgence. J’ai fait beaucoup de choses aux derniers moments mais j’ai très peu anticipé. Alors j’ai toujours été dernière minute mais là ca affectait ma qualité de vie.

French-california

Un lundi je vais m’inscrire dans le studio de yoga au bout de ma rue, on me l’a recommandé, j’y vais le lendemain pour ma première séance. J’irais 5 fois cette semaine là. J’explose presque en sanglots à la fin d’un des cours. J’ai comme un électro choc: quelque chose ne va pas. C’est décidé d’une manière ou d’une autre je ne vais pas laisser ces angoisses et ondes négatives me bouffer la vie en 2019. J’ai le sentiment bizarre de me réveiller après des mois en mode automatique. Je prends du temps pour moi, pour mes amis et surtout je reprends goût aux projets. S’il y a quelque chose que j’ai laissé de côté en 2018 c’est bien les projets pour le plaisir. J’ai la chance d’avoir créer mon job, ce que je fais aujourd’hui c’est principalement grâce à mon expérience avec le blog. Le revers de la médaille c’est qu’on perd la passion quand on devient obligé, quand on est attendu sur chaque projet. C’est génial de vivre de sa passion mais je trouve très challengeant de devoir conjuger sa vision aux attentes des autres. On ne prend pas les mêmes risques pour soi et pour les autres. Il faut aussi apprendre à écouter les autres. A informer correctement. A partager et intégrer les autres dans le processus.

Le sentiment d’avoir laissé tomber les personnes qui en avaient besoin autour de moi et ne pas avoir été là quand il le fallait est difficile à accepter mais j’essaye de faire mieux et reprendre pieds. En 2019 j’ai donc prévu quelques projets perso, pour le plaisir. Sans pression. L’un d’eux se prépare en coulisses pour mars, je devrais pouvoir vous en parler d’ici 2 semaines. C’est un projet pour le plaisir que j’ai décidé d’organiser avec une amie. Quelque chose qui nous parle à toutes les deux, qui renoue avec mes premiers amours: le contact humain ! Je ne vous en dis pas plus… restez dans le coin !

alison-bounce-photography

Je ne suis pas sûre que ce récit soit le plus clair que je vous ai partagé. Mais il me semblait important de vous dire une partie de la vérité. Il y a bien sûr des éléments personels que je ne peux pas partager. Si je devais résumer la leçon 2018 je dirais que j’ai appris qu’il ne fallait jamais laisser passer les attentes des autres avant les siennes, que personne ne sait mieux que moi ce qui est bien pour moi, que je suis ma seule priorité. Je suis la seule personne que je croiserai tous les matins dans le miroir pour le restant de ma vie, c’est avec moi seule que je dois être en accord. Je ne dois pas avoir peur de dire quand les attentes des autres dépassent les limites de ma liberté.

Alors en 2019 on fait quoi ? On retrouve le goût de s’amuser ! On retrouve un peu de rigueur avec le blog, je veux vous partager plus d’infos sur l’expatriation et la vie ici ! Les différences entre les deux pays, les retours d’expatriés. Je vous avoue être un peu sceptique quant à ma vidéo publiée en décembre, je ne suis pas à l’aise avec le format vidéo et préfère mille fois mes articles, mon clavier et mes mots. Je pense donc que les projets articles expatriés se feront à l’écrit, on gardera les vidéos pour les voyages ou peut être quelques balades dans Toronto.

Dans un autre registre j’essaye de surveiller ma consommation. Comme vous l’avez vu sur Instagram je me suis lancée un challenge « vider mes placards », je me suis rendue compte que des choses dormaient dans mes placards pendant que je continuais à acheter de nouveaux produits. J’ai fait une liste et j’essaye d’utiliser ces produits en étant toujours plus créative culinairement parlant ! Je limite mes achats au frais. Débuté le 1er janvier je m’y tiens plutôt pas mal !

Je prends le temps de faire des choses simples, loin de mes écrans, je range, je trie, je jette, je fais de la place. Je me rends heureuse.

2019, on est le 27 janvier et je suis là.

On se retrouve au quotidien sur Instagram, venez on se marre !

Love love,

Photos: Alison Bounce.

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *